Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 novembre 2012 4 29 /11 /novembre /2012 21:49

graines-germees.PNG

 

 

Dis maman, mon copain, il dit que deux mamans ça s’peut pas... Alors… Il est où mon papa ?...

 

Deux mamans pour faire un bébé, effectivement c’est impossible car il faut "qu’une graine de dame rencontre une graine de monsieur".

Cela étant, il ne suffit pas de donner "une graine à bébé" pour être "Papa" ou "Maman"…

 

"Un Papa", c’est celui qui t’embrasse quand tu tombes, qui t’engueule quand tu chouines, qui t’apprends à jouer aux billes, t’invite à regarder les filles…
C’est celui qui te rassure, qui te fait rire…
Celui qui te guide…

Comme "une Maman », "un Papa" aime te regarder grandir…

 

"Un Papa » c’est aussi quelqu’un que tu aimes au point de l’appeler comme ça !

 

J’ai dit "Papa" avant de savoir comment mes parents m’avaient faite…
"Papa" c’est affectif, pas génétique !!!…

 

J’appelle mon père "Papa" pour ce qu’il est pour moi, pas pour ce qu’il a fait avec "Maman" ce soir là...
Car cela ne me regarde pas !

 

"Papa" c’est affectueux, c’est un mot doux…

Comme "Maman", ce n’est pas un dû et cela se mérite…

 

Tu n’as pas de "papa" mais un géniteur...
Un géniteur qui bien qu'il soit anonyme fait partie de ton histoire.

 

En revanche, tu as bien "deux Mamans" qui ne t’ont certes pas fait(e) toutes seules mais feront toujours de leur mieux pour mériter ce tendre sobriquet…

 

Photo:
Copyright maman moi aussi.
"Germées..."

 

 

 

Repost 0
Published by maman moi aussi - dans De mon côté du ventre...
commenter cet article
20 novembre 2012 2 20 /11 /novembre /2012 20:23

171120122606.jpg

 

 

Hier soir, nous avions rendez-vous avec "nos petits bonheurs", après six semaines d’attente…

Deux Gueuniches, deux gamines, deux mistinguettes, deux grenouilles, deux nénette, deux sauvageonnes, deux bambines, deux pépettes, deux loulouttes, deux mignonnes, deux pisseuses, deux gazelles, deux princesses, deux emmerdeuses...
Deux filles, nous attendons deux filles !!!... 

Photo:
Copyright maman moi aussi.
"Heureux..."

Repost 0
Published by maman moi aussi - dans De mon côté du ventre...
commenter cet article
19 octobre 2012 5 19 /10 /octobre /2012 19:39

7210297M.jpg

 

 

Du haut de ses douze ou treize ans, en me regardant droit dans les yeux et avec un aplomb déconcertant…

 

L' ado : Toi, tu n’as rien à me dire… Tu n’es pas ma mère !!!!

 

Moi : Je m’attendais à ce que tu me dises cela un jour… Je croyais m’y être préparée mais je me suis trompée… Je suis touchée… Touchée coulée !…

 

L'insolent me regarde sans piper mot...

 

Moi : Je ne suis pas ta mère ?... Soit… Alors puisque c’est toi qui décides, j’attendrais que tu reviennes vers moi pour me redonner cette place et ce rôle…

 

Il me tourne le dos et se retire dans sa chambre.

 

 

L'ado est assis devant la table de la cuisine ; il discute avec mon Adorée...

 

L'ado : Au fait Maman, c’est toujours Ok pour samedi soir ?

 

So. : Puisque tu me poses la question… Lorsque tu en avais parlé à l’époque, je n’étais pas d’accord avec cette sortie alors que Cé. l’était, elle…

 

Auguste regarde So. l’air dubitatif, les sourcils sérieusement froncés…

 

So. : …Mais bon, puisque Cé. n’est pas ta mère, son point de vue ne compte pas, n’est-ce pas ?!... Alors pour samedi, c’est non, mon grand !

 

Auguste : Mamaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa…n !!!

 

Je savais bien qu’il reviendrait très vite vers moi, "mon Titi"…

"Mon bébé", il a perdu ses doudoux et dans le noir, il ne parvient à leur remettre la main dessus…

 

Je suis là, "Bébé cœur"... Maman est là... Maman sera toujours là !!!...

 

Photo:
Copyright maman moi aussi.
"Mon grand bébé..."

Repost 0
Published by maman moi aussi - dans De mon côté du ventre...
commenter cet article
30 septembre 2012 7 30 /09 /septembre /2012 19:49

 

6806213L.jpg

 

Vendredi, nous connaîtrons peut-être le genre de "Barbouille et Barbidou"…

 

Dans l’absolu, le sexe de mes bébés m’importe peu...

Cela étant, avec mon Adorée, nous aimerions beaucoup qu’une fille au moins, se cache dans cette double surprise.

Et pour cause…

 

En attendant Auguste, je vous ai parlé de son arrière-grand-père… "Mon Pépère Pierrot" !

Et bien il est grand temps pour moi d’aborder le sujet de leur arrière-grand-mère… "Mémé Suzanne" !

 

Si elle n’avait pas décliné cette invitation, Suzanne aurait fêté son cent troisième anniversaire, il y a quelques jours…

 

Ce qui m’a d’abord touché chez "Suzanne", c’est son apparence générale…

Très vite, je suis tombé sous le charme…

Au-delà de ses yeux clairs et brillants, j’aimais son regard profond, aiguisé et surtout très tendre.
J’aurais passé des heures à regarder ses petites mains fragiles, tricoter frénétiquement des models que "Mémé" emmagasinait par millier dans sa boite crânienne.

Je me souviens d’un petit détail que j’adorais : Sur un pan de sa robe, tout près d’une boutonnière, là où d’autres portait une broche, "Mémé Suzanne" épingait une aiguille à coudre qu’elle était prête à dégainer à tout moment…

 

Pendant des heures, "Mémé Suzanne" nous parlait de sa vie, de son histoire…

Deux guerres mondiales…
L’entre-deux-guerres, ses réjouissances et ses révolutions…

La décolonisation…

Le premier homme sur la lune...

La quatrième République, puis la cinquième…

Sans que rien ne lui échappe, "Mémé Suzanne" a traversé un peu plus de cent deux ans de notre Histoire...

Sans broncher… ou presque.

 

La dernière fois que j’ai vu "Mémé Suzanne", c’était à noël.


Fasciné par les veines apparentes sur les mains de son arrière-grand-mère, Auguste tentait de les pincer et cela amusait beaucoup "Suzanne" qui invitait "Titi" à poursuivre sa quête.

 

Puis le Père Noël est passé et il a apporté à Auguste un petit ballon musical…

 "Mémé Suzanne" a alors longuement jouer à la balle avec "son arrière-petit-fils".

 

Voilà la dernière image que j’ai de "Mémé"…

Elle était aussi apprêtée que le premier jour où je l’ai vu, elle souriait, elle riait même…

L’histoire a voulu que je n’ai pas véritablement de grand-mère…

Jusqu’à ce que So. me présente la sienne.

 

"Mémé Suzanne", je l’ai aimé, je l’ai pleuré et j’aimeras tellement avoir une fille qui puisse lui ressembler…

 

 

Photo:
Copyright maman moi aussi.
"Jeu de mains..."

Repost 0
Published by maman moi aussi - dans De mon côté du ventre...
commenter cet article
21 septembre 2012 5 21 /09 /septembre /2012 20:10

210920122276.jpg

 

 

"De l’autre côté du ventre", j’aimerais pouvoir, un tant soit peu, percer "Le mystère des jumeaux"

 

Lorsque mon Adorée couvait "mon tout petit Auguste", je m’émerveillais chaque semaine, en découvrant l’évolution de notre bébé, via les réglettes de suivi de grossesse disponibles sur la toile.

 

Sans pouvoir me qualifier de grande spécialiste, incollable en la matière, je me suis tellement informée tout au long de notre première merveilleuse aventure de "l’Odysée de la vie" que j’ai une idée assez concrète du stade auquel se trouvent "mes petits bonheurs", aujourd’hui.

 

Je me souviens, en effet, avec précision de tous ces caps que j’ai déjà traversés, au rythme de "mon Titi".

 

De ce fait, je sais que "Barbouille et Barbidou" mesurent environs dix centimètres et pèsent approximativement quarante cinq grammes chacun.

Je ris de savoir que  pour cette fois, ils sont deux à uriner dans le ventre de So. d’autant que les réjouissances ont déjà commencées.

Je les ai vu bouger leurs petites fesses, j’ai entendu les battements de leur cœur.
Je sais qu’ils peuvent désormais plier leurs bras, agiter leur tête et même étirer leurs minuscules cuisses grenouilles…

Tout cela est si merveilleux !

 

Cela étant, "de mon côté du ventre", je suis, pour "cette Aventure là", terriblement frustrée.


Frustrée de ne pas pouvoir suivre l’évolution du lien si étroit qui lie déjà "mes petits présents".

 

Je voudrais savoir s’ils sentent déjà qu’ils sont deux "de leur côté du ventre"…
Savoir s’ils se touchent, se cherchent…
Avoir une idée du moment où ils se verront, s’ils se voient…
J’aimerai surprendre un échange entre eux, les découvrir en pleine partie de "chat in-utéro" ou encore de saisir l’instant magique d’un bisou échangé.

 

"De leur côté du ventre", ils sont deux…

"Deux petits êtres" qui se découvrent, s’apprivoisent, se reconnaissent…

 

Ils sont deux pour "construire", échanger…

Aussi petits soient-ils, "Barbouille et Barbidou" ont, de ce fait, déjà une sacrée longueur d’avance sur moi car ce que je cherche "de mon côté du ventre" n’a déjà plus aucun secret pour eux….

 

Photo:
Copyright Maman moi aussi.
"Cueillette du jour..."

Repost 0
Published by maman moi aussi - dans De mon côté du ventre...
commenter cet article
19 septembre 2012 3 19 /09 /septembre /2012 20:39

7167140M.jpg

 

Bientôt treize semaines d’aventure gémellaire…

 

Donc, trente neuf moins douze (presque treize) ; je retiens un… ou pas…
J’obtiens vingt sept.

 

Vingt sept semaines que je convertis en jours…
Ce qui me donne cent quatre vingt huit... 

Je vais devoir patienter encore cent quatre vingt huit jours, "de l’autre côté du ventre".

 

Lorsque nous annonçons, avec mon Adorée, que nous attendons des jumeaux, nos interlocuteurs nous disent au moins trois fois sur quatre que "des jumeaux c’est tout fois deux".
Parfois, l’idée de cette multiplication, répétitive et, pour ainsi dire, automatique semble les effrayer.

 

"De mon côté du ventre", je me réjouis de ne pas avoir à doubler la durée de la grossesse et je suis persuadée que So. est du même avis.

 

En même temps, cent quatre vingt huit jours, c’est déjà bien assez pour réviser ma table de multiplication par deux…

 

Photo:
Copyright Maman moi aussi.
"Ses cailloux..."

Repost 0
Published by maman moi aussi - dans De mon côté du ventre...
commenter cet article
6 septembre 2012 4 06 /09 /septembre /2012 11:55

030920122149.jpg

 

Sans descendre de mon nuage, je prends, petit à petit, conscience de ce qui nous arrive…

Mon esprit commence à intégrer la nouvelle et les questions défilent, se bousculent.

En parfait accord avec la situation, elles ne se posent pas les unes après les autres mais les unes sur les autres…

 

L’une des première à me titiller, sachant que désormais, les maîtres mots de ma pensée sont Organisation et Optimisation, a été la question du couchage…

 

Après qu’ils aient passé plusieurs mois collés l’un à l’autre, doit-on faire dormir "nos petits bonheurs" ensemble ou séparés ?

 

Je parcours les blogs de parents de jumeaux, je me renseigne sur des forums associatifs, je glane des informations partout où je peux en trouver même si je sais aussi qu’un bébé ne faisant pas l’autre, un duo de bébés ne fait certainement pas l’autre, non plus !

 

J’imagine "mes petits présents" lovés l’un contre l’autre "de l’autre côté du ventre" et l’image me plaît.

Je me projette, je les vois "à la colle" et…

Que c’est mignon !

 

Cela étant, si "mes petits bonheurs" sont câlins à l’instant T, ils se bousculent peut-être l’instant d’après…

Peut-être même que "tout petit bonheur de 4,4 cm" dormait paisiblement et que "petit bonheur de 5 cm" l’a réveiller en le bousculant dans une cabriole…

 

Deux couchages seraient alors peut-être plus judicieux, plus appropriés...

De plus, si  "mes petits présents" sont aujourd’hui réunis dans le ventre de mon Adorée, il leur faudra aussi apprendre à être séparés, à prendre conscience de leur identité propre.

 

Choisir de faire dormir "nos petits présents" ensemble, n’est-ce pas favoriser le fait de les associer sans cesse et de parler d'eux comme "des jumeaux", plutôt que de le faire en nom propre ?

 

Les faire dormir séparer ne favoriserait-il pas le fait de pouvoir se consacrer pleinement à l’un puis à l’autre, de respecter le rythme de chacun et de les laisser affirmer leur identité "à l’abris du regard" de l’autre ?...

 

Pour cette seconde aventure, "de l’autre côté du ventre" je croyais partir avec "certains acquis", ce qui rendait cet épisode bien plus paisible que le premier, parfois trop...

Mais "l’Odysée de la vie" en a voulu autrement.

 

Je prends mon souffle et plonge les yeux grands ouverts dans "le monde mystérieux de la géméllité".

 

Pour mon plus grand plaisir, "de l’autre côté du ventre" je retrouve l’excitation d’une première fois…

 

 

Photo:
Copyright Maman moi aussi.
"Dans son grand lit..."

Repost 0
Published by maman moi aussi - dans De mon côté du ventre...
commenter cet article
27 août 2012 1 27 /08 /août /2012 13:37

270820122056.jpg

 

Depuis quelques temps, lorsque Nounours dit "Bonne nuit aux petits", Titi se rebelle…

 

Si j’en crois ce que mes parents et mon grand frère racontent, lorsque j’étais petite, j’usais de tous les stratagèmes possibles et imaginables pour aller au lit le plus tard possible.

Comme tous les enfants, j’ai usé les grands classiques :
Envie de faire pipi, très-très soif, un peu faim…

 

Chaque minute grappillée était une réelle victoire, à mes yeux.

 

Encore un bisou…

Il y a un loup dans mon coffre à jouets et un monstre sous mon lit…

Encore un peu, jusqu’à ce que la grande aiguille soit sur le cinq…

Ma poupée veut encore une histoire, c’est pas de ma faute…

 

Mais j’avais surtout mon petit truc à moi rien, rien qu’à moi.

Moi petite : Mais je peux aller au lit sans dire bonne nuit à tous les objets de la salle !!! Bonne nuit canapé – Bonne nuit lampe à pétrole – Bonne nuit petit napperon – Bonne nuit la télé…

 

Cerise sur le gâteau, c’est dans la salle que ma maman entreposait sa collection de chouettes…

C’est dire si cette technique était viable.

 

Aujourd’hui, c’est mon fils qui rechigne à aller au lit !


Jusqu’alors, nous avions mis en place, avec mon Adorée, un rituel du couché qui permettait à Titi de se coucher sans souci et de trouver le sommeil rapidement :

Une histoire, une timbale de lait, un câlin, un bisous et…
Bonne nuit mon petit !

 

Depuis quelques semaines, c’est un peu plus laborieux…

Une timbale de lait, un ou deux épisodes des Barbapapa qu’Auguste réclame en boucle depuis une bonne heure, un câlin, un bisous et…
Bonne nuit mon chéri !

 

En effet, les Barbapapa permettent à "mon Titi" de mieux s’endormir et de faire de bonnes nuits.

 

De mon côté du ventre, ces petites créatures multicolores et difformes me souffle un surnom sur mesure pour le petit être que couve mon Adorée…
Cela ne me convient pas de l’appeler "Numérobis" car bien que cet enfant arrive en second, il ne se résume pas à sa position "dans la meute".

J’aimerai qu’il ait un réel sentiment d’équité, d’égalité, entre son grand frère et lui !

 

Chaque jour qui passe, ma petite Barbamama fait un peu plus "barbatruc" au rythme des évolutions de « mon petit Barbouille »…

 

Photo:
Copyright l'ami du jardin.
"Chacun le sien..."

Repost 0
Published by maman moi aussi - dans De mon côté du ventre...
commenter cet article
24 août 2012 5 24 /08 /août /2012 08:47

y1p7vRtB2T7nSl59VtjLQeHEQPEBAvrNgQiLsxabEnz2z0UudG1o6GGi9Zh.jpg

 

Huit semaines "d’Odysée de la vie…


Le corps de So. semble parfaitement se souvenir de ce qu’il a vécu et lorsqu’elle se regarde dans le miroir, le constat est sans appel :

A huit semaines de grossesse seulement, mon Adorée ne peut déjà plus cacher la bonne nouvelle qu’elle couve.

 

Huit semaines pour ré-apprivoiser les hormones qui s’invitent en nombre…

Cela étant, pour cette seconde grossesse, l’union des hormones ne fera pas leur force…
So. gère à merveille ses humeurs et ses angoisses ce qui nous permet de vivre avec beaucoup plus de sérénité, voir de recul, cette merveilleuse aventure.

 

Huit semaines de réjouissances…

Sachant que nous n’avions, pour ainsi dire, prévenu personne de notre voyage vers "La belle jardinière" pour y recueillir une "graine à bébé ", nous prenons beaucoup de plaisir à surprendre notre proches en leur annonçant, petit à petit, que nous attendons un "Numérobis".

(Ces annonces feront, d’ailleurs, très certainement l’objet d’un article car les réactions de nos proches valent le coup d’être partagées…)

 

Huit semaines qui auraient pu être fortes agréables si mon Adorée n’était pas sujette aux nausées matinales depuis au moins trois bonnes semaines, maintenant.

"De mon côté du ventre", je ne me souviens pas d’avoir vu So. si "malade", si vi vite.


Le ventre en vrac, elle se réveille difficilement chaque matin.
Beaucoup dirait qu’elle a de la chance de se faire servir son petit déjeuner au lit mais elle ne profite même pas de ce "privilège" car ce n’est pas une question de choix ni de confort.


Alors qu’elle adore le chèvrefeuille, en tant normal, le moindre brun de cette plante la dérange et lui remue les tripes désormais, tout comme le café qui est, par conséquent, banni jusqu’à nouvel ordre de la maison, alors que nous en partageons généralement au moins deux cafetière par jour.

 

Les huit premières semaines "d’Odysée de la vie" ne sont donc pas de tout repos, pour So. et ses désagréments multiples font alors parler les bavards…


Ma maman :  Si So. est si malade, c’est certainement qu’elle nous prépare un "petite pisseuse"…

"Une petite grenouilles"?... Grand bien nous fasse !

Si So. couve vraiment "une mignonnette", "de mon côté du ventre", je me projette et rêve d'une Suzanne aux yeux noirs…

 

Photo:
Copyright l'ami du jardin.
"En graînes..."

Repost 0
Published by maman moi aussi - dans De mon côté du ventre...
commenter cet article
17 août 2012 5 17 /08 /août /2012 11:47

7095626M.jpg

 

Derniers jours de vacances, je profite de "mon Titi"…

 

Je regarde Auguste marcher comme un grand, avec un peu plus d’assurance chaque jour…

Je construis pour Auguste des tours immenses qui sont destinées à une destruction rapide et sans appel…

Je fais "tchou-tchou le p’tit train" autour de la table basse avec mon fils accroché derrière moi…

Je danse, je cours, je ris… Et parfois, "je crie" aussi.

 

Auguste a mis cette période de vacances à profit. Il a fait d’énormes progrès, tant en motricité qu’en terme de communication.

Nous sommes entrés dans l’ère merveilleuse de l’échange, de l’interactivité et… de l’affirmation de soi !

 

"Notre petit d’homme" à "la gueule d’ange" s’essaie aux colères et aux caprices, il crie, jette, tape…

 

L’instant d’après, il caresse, câline et… embrasse le chien.

 

Chaque jour passé avec "ce Titi" que j’ai attendu "de l’autre côté du ventre" me réjouit, me régale, m’émeut.

Et l’émotion est plus grande encore lorsque j’imagine Auguste partageant ces instants avec "son petit frère" ou "sa petite sœur".

 

En attendant "Titi", je me suis posé beaucoup de questions sur "ma condition de Maman en devenir".
J’ai pris la machine à remonter le temps, je me suis vu enfant et j’ai regardé mes parents autrement…

En attendant "Numérobis", je constate que c’est surtout la relation que mes deux enfants auront ensemble qui me préoccupe.

Je prends la machine à remonter le temps, je revois enfant et je constate que c’est en grandissant que tout a foutu le camp…

 

J’imagine qu’en qualité de parents, nous pouvons contribuer à rendre nos enfants aimants, respectueux, intègres, complices…

Mais je sais aussi que nous ne sommes pas seules, avec mon Adorée, à faire d’eux ce qu’ils seront demain.

 

Mais en considérant que "l’éducation est la boussole de la vie*", nous pouvons faire de notre mieux pour que jamais nos enfants ne se perdent… Voilà ce que je veux pour eux !

 

Photo:
Copyright Maman moi aussi.

"En avant..."

 

* Franck Somkine

Repost 0
Published by mamanmoiaussi - dans De mon côté du ventre...
commenter cet article